L'Humain d'abord - Pour une 6ème République

Forum d'information et de discussion politiques - Ven 17 Nov - 22:59
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Contre le socialisme de caserne, le débat (Médiapart)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 5167
Date de naissance : 18/05/1952
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 65
Localisation : 21500 Montbard

MessageSujet: Contre le socialisme de caserne, le débat (Médiapart)   Jeu 23 Oct - 15:50

Mercredi 22 octobre 2014

Contre le socialisme de caserne, le débat

Valls ou la faiblesse du caporalisme comme ligne politique : voilà les anciens ministres menacés d'exclusion pour s'être abstenus sur le projet de budget. Le premier ministre ne veut pas d'un débat à l'heure où il entend, seul, en finir avec la « gauche passéiste ». Au contraire, sur Mediapart, nous lançons le débat, en publiant trois textes rassemblés par Christian Salmon, signés par Aurélie Filippetti, Cécile Duflot et Jean-Luc Mélenchon.

Et maintenant la purge ! Voilà que nos hérauts du social-libéralisme (mais est-il encore social ?), qui tiennent le gouvernement depuis la nomination de Manuel Valls à Matignon, font leur le vieux principe léniniste : le parti se renforce en s’épurant. Haro donc sur les voix dissonantes. Le limogeage du gouvernement, au mois d’août, d’Arnaud Montebourg, d’Aurélie Filippetti et de Benoît Hamon n’était qu’un hors-d’œuvre. Il faudrait maintenant engager des procédures d’exclusion du parti socialiste pour les grandes gueules (visé, Gérard Filoche) comme pour les voix dissidentes et critiques de ces anciens ministres qui refusent de se taire (lire ici l’article de Mathieu Magnaudeix).

L’histoire n’est pas qu’anecdotique – une énième crise de nerfs dans un PS à vau-l’eau – tant elle illustre l’ampleur d’une crise sans précédent. C’est une crise provoquée par la fusion d’un socialisme de gouvernement vidé de tout sens et d’institutions de la Vème République à bout de souffle. Le résultat est cet autoritarisme des faibles, coups de menton de Manuel Valls, menaces de Jean-Christophe Cambadélis et de Jean-Marie Le Guen, emportements de Stéphane Le Foll. Quand le caporalisme prétend ainsi effacer la politique – et les institutions l’autorisent –, la catastrophe n’est jamais loin pour la gauche. Les derniers scrutins, municipaux et européen, nous en ont donné un avant-goût (lire notre précédent article «Il est minuit moins cinq»).

Car comment s’offusquer qu’Aurélie Filippetti, Benoît Hamon, mais aussi Delphine Batho et Cécile Duflot, anciens ministres redevenus députés, ainsi que les proches d’Arnaud Montebourg se soient abstenus sur la première partie du budget 2015 ? C’est bien le contraire qui aurait posé un « problème éthique », selon la formule de Jean-Christophe Cambadélis, un spécialiste de la chose… Depuis des mois, ces responsables, d’abord au sein du gouvernement puis publiquement pour en expliquer leur départ, n’ont cessé de multiplier les alertes avant de dire leurs désaccords face à une politique qui tourne le dos à l’électorat de gauche et accumule les échecs (500 000 chômeurs de plus depuis mai 2012).

Que leur vote soit en cohérence avec leurs engagements ne peut étonner que le trio Cambadélis-Le Guen-Valls. Car l’abstention d’une quarantaine de députés lors du vote de cette première partie du budget n’est que la traduction du débat nécessaire que doivent mener le PS et, au-delà, l’ensemble de la gauche. Débat que le trio sus-cité veut à tout prix étouffer pour plusieurs raisons.

Mois après mois, députés frondeurs et autres responsables socialistes critiques ont réussi, aidés par les écologistes et le Front de gauche, à installer au centre du débat public une question autrement plus large que le simple problème de la solidarité du parti majoritaire et de ses alliés avec l’exécutif. L’enjeu est tout autre : il s’agit dans l’urgence des catastrophes électorales, des échecs économiques et sociaux, et de la montée de l’extrême droite, de redéfinir ce que la gauche peut et doit faire de l’exercice du pouvoir.

C’est l’enjeu brutalement posé ce mercredi par Benoît Hamon, affirmant que la politique de l’exécutif « menace la République ». Et ajoutant que « la menace de la République, c’est la préparation pour 2017 d’un immense désastre démocratique », soit « non seulement l’arrivée au second tour de la présidentielle de Marine Le Pen sans coup férir, mais en plus la menace que demain, elle dirige le pays ».


Ce constat aurait plus de force encore si l’ex-ministre de l’éducation s’était expliqué clairement sur les raisons de son alliance de circonstance avec Manuel Valls et Arnaud Montebourg au lendemain des municipales pour imposer un nouveau gouvernement à François Hollande… Mais la rupture est bel et bien consommée et Manuel Valls n'entend pas engager ce débat. Pour une raison immédiate : il serait lourdement minoritaire au sein même de son parti, sans parler des autres composantes de la gauche. Même les radicaux de gauche jouent à faire claquer les portes, c'est dire…

Car la légitimité de Manuel Valls n'est aujourd'hui qu'institutionnelle, dépendant du seul choix présidentiel de l'avoir nommé à Matignon. Sans majorité politique au sein du parti majoritaire, son seul levier de pouvoir est sa fonction de premier ministre. C'est de ce levier qu'il a usé pour placer Jean-Christophe Cambadélis à la tête du PS, sans consultation militante, et Jean-Marie Le Guen en charge des relations avec le Parlement, donc de la conduite de la majorité parlementaire.

Qu'une consultation non contrainte intervienne – comme ce fut le cas par exemple lors des primaires de 2011 – et il ne fait guère de doute que ce trio serait balayé. D'où l'argument d'autorité, appuyé par le carcan institutionnel, utilisé pour faire rentrer dans le rang toute voix ou entreprise dissonante. Car dans le même temps, toujours abrité en son fortin de Matignon, le premier ministre prétend faire avancer son projet politique de fond : la liquidation de l'héritage idéologique du parti d'Épinay pour un social-libéralisme dit moderne et décomplexé.

« En finir avec la gauche passéiste »

À sa manière, Emmanuel Macron l'avait dit à Mediapart, avant même sa nomination au ministère de l'économie : « L’idéologie de gauche classique ne permet pas de penser le réel tel qu’il est » ; le temps est venu de se débarrasser de cette « étoile morte » (lire ici l'article de Lenaïg Bredoux). Jean-Marie Le Guen, chargé lundi de faire feu sur Martine Aubry et sa critique virulente de la politique de l'exécutif, a énoncé le même programme dans Le Monde : « L'incapacité de la gauche à porter un projet de société moderne pousse les Français à se tourner vers la droite et, pire, vers le FN. Soyons honnêtes, le vieux logiciel socialiste n'attire plus. »

Manuel Valls enfonce le clou dans l'Obs, à paraître ce 23 octobre : « Il faut en finir avec la gauche passéiste, hantée par le surmoi marxiste et par le souvenir des Trente Glorieuses », assène le premier ministre en couverture de l'hebdomadaire, décrétant l'heure venue d'un nouveau parti pour lequel les militants n'ont été ni consultés ni invités à débattre ! Il s'agit désormais de « bâtir une maison commune de toutes les forces progressistes » et de s'ouvrir au centre. Il s'agit de ne plus dire gauche socialiste mais « gauche pragmatique, réformiste et républicaine ». Au fait, qu'en dirait donc cet électorat socialiste qui, il y a trois ans, accordait moins de 6 % de ses suffrages (sur environ trois millions de votants) au candidat à la primaire Manuel Valls ?


La volonté de passage en force du premier ministre n'est pas que le symptôme de sa fragilité politique. Elle vient souligner l'épuisement du modèle classique de la Vème République, exécutif irresponsable et parlement croupion. François Hollande aura ainsi engagé cette phase ultime de la crise de la gauche dans les habits de Vème. Dans son nouveau livre, Les Derniers Jours de la Cinquième République, comme il l'avait fait dans ses articles dans Mediapart (ils sont à lire ici), Christian Salmon diagnostique l'étendue de cet affaissement démocratique, pouvoir impuissant, débats anémiés, citoyens dépossédés.


Journal pluraliste, ambitionnant d'être le lieu de toutes les rencontres visant à reconstruire une espérance pour la gauche, Mediapart a dès le lendemain des élections municipales organisé des débats entre les différentes forces de gauche (ici notre live). De son côté, après les nombreuses conversations avec des ministres et responsables de gauche qui nourrissent son livre, Christian Salmon a demandé à plusieurs d'entre eux d'exercer leur « droit de suite ». « Droit de suite », donc de débat.
Celui que refusent aujourd'hui l'exécutif et le PS.
Celui que nous vous proposons ci-dessous avec ces trois textes rassemblés par Christian Salmon, textes d'Aurélie Filippetti, de Cécile Duflot et de Jean-Luc Mélenchon.

François Bonnet

Le moment pasolinien (Jean-Luc Mélenchon)

Un texte de l'animateur du mouvement pour la 6ème République, en réponse au livre de Christian Salmon, Les Derniers Jours de la Cinquième République.

Christian Salmon, après la publication de son livre « Les Derniers jours de la Cinquième République », a demandé à plusieurs responsables qu'il avait longuement interrogés pour alimenter cet ouvrage, comme un « droit de suite ». A eux de commenter et de poursuivre le débat sur la crise institutionnelle et politique. Voici la réponse de Jean-Luc Mélenchon.

Comment quelqu’un dont on n’attendait rien a-t-il pu tant décevoir ? Le « moment pasolinien » de notre histoire, comme le nomme Christian Salmon, est si bien décrit ! Le pouvoir actuel est devenu à ce point vide de sens intelligible que l’accusation de trahison ne peut même plus lui être appliquée sans rire. Même dans le rôle du traître il ne fait pas sérieux. C’est qu’il a confisqué les mots qui servaient à désigner les choses au point que rien ne veut plus rien dire. C’est carnaval dans le vocabulaire. Spoliation, capitulation, régression ont le masque de Gauche, courage, réforme, et que sais-je encore !

Pendant ce temps le vrai pouvoir ne s’encombre même plus de prétexte. L’oligarchie montre son Macron et aussitôt les autres marionnettes sont comme des guenilles abandonnées sur un trottoir. La puissance réelle vaque à ses affaires sans le souci des apparences. Le pouvoir va au bain de la fortune dans son plus simple appareil. Pure courroie de transmission, la monarchie présidentielle s’est emboîtée comme tenon et mortaise avec les rouages obscurs de la Commission européenne.

Le monstre financier s’est collé au ciel tout entier et pour finir il n’est de pouvoir que mode Shadok. Il pédale, sans rime ni raison, du seul fait qu’on lui a mis un pédalier entre les jambes comme il visserait si c’était un tournevis, et peignerait si c’était un peigne. Ici on paie la dette, brise les tabous, et montre du courage. Peu importe ce que ça peut bien vouloir dire du moment que la pompe à mots tourne à plein régime. Le monde étant vide de sens, les mots ne sont que du bruit.

Oh comme l’histoire produit si bien, si finement, les caractères qui conviennent à ses épisodes ! Louis XVI ou Nicolas II, ineptes et vains, ne pouvaient imaginer un monde différent de celui qui les avait enfantés. Les gouvernants de l’âge de la dette de même. Au loin, sous l’océan profond des souffrances et des houles aigres de la misère, le tremblement de terre a déjà eu lieu. Le tsunami est en route. Le monarque et sa cour caquetante règnent sur la plage dans la splendeur des châteaux de sable. Christian Salmon a raison : toute la plage aussi sera emportée !

Pour une écologie du langage (Cécile Duflot)

Un texte de l'ancienne ministre du logement, en réponse au livre de Christian Salmon, Les Derniers Jours de la Cinquième République.

Combien de fois a-t-on déjà enterré la Vème République... Et pourtant sa résistance est grande. Le poids de l’inertie et des conservatismes paralyse les plus déterminés. Le présidentialisme des institutions a métastasé dans les consciences : l’obsession de l’élection présidentielle vient dicter son rythme à la succession des séquences politiques savamment orchestrées par des communicants qui agissent l’œil rivé sur les sondages. L’explosion des canaux de communication grâce à internet et aux technologies mobiles, comme l’apparition des chaînes en continu, a démultiplié les occasions de communiquer.

Mais ici, on voit bien que le diagnostic de Christian Salmon est juste : le verbe est vide. Il est bon, au final, que la suprématie de la communication, après des années de pratique, porte en elle sa propre perte. Mais le politique doit d’urgence reprendre la main. Et donc commencer par redonner un sens aux mots, qui doivent signifier davantage qu’un positionnement tactique. Je plaide pour une écologie du langage : préservons la parole authentiquement politique comme une espèce menacée. Il nous faut également retrouver le sens du commun.

Un changement de République signifierait d’abord ceci : la volonté collective de revivifier le pacte démocratique. C’est d’autant plus urgent que ce qui se passe à mes yeux d'écologiste, c'est l'entrecroisement de la crise démocratique avec la crise d'un modèle de développement à bout de souffle.

Cette mutation doit nécessairement transformer notre manière d'exercer le pouvoir. Cette République qui concentre les pouvoirs et dissout les responsabilités n'a plus les clés pour répondre à l'accélération de notre monde.

Il nous faut donc hâter la naissance de la sixième république, une nouvelle république qui soit celle d'un retour à la modestie et à la franchise dans l'exercice du pouvoir. Ses piliers ? Participation démocratique, courage politique et lucidité écologique.

On a besoin de Kafka ! (Aurélie Filippetti)

Un texte de l'ancienne ministre de la culture, en réponse au livre de Christian Salmon, Les Derniers Jours de la Cinquième République.

Le livre de Christian Salmon replace les difficultés et les impasses actuelles du quinquennat dans une perspective plus large : bien sûr, l’épuisement institutionnel de la Vème République, mais plus généralement la crise de la parole et de l’action politiques elles-mêmes. Broyées par l’envahissement de la communication, qui prend le pas sur toute action de fond, par l’impact immédiat qui se substitue à l’analyse scientifique et rationnelle, tuées par le temps ultra-court, elles sont aussi minées par le recul de la pensée critique.

Face à l’incompréhension devant la dérive bureaucratique, on a besoin de Kafka. Parce que les hommes et la conjoncture ne sont pas seuls en cause. Pasolini montrait il y a trente ans que c’est une idéologie qui a théorisé l’impuissance de la politique parce que cette défaite sert un certain nombre d’intérêts. L’accélération de la transformation du pouvoir qu’il avait identifiée nous a menés à un paroxysme. Le vide du pouvoir, les mots de campagne sans rapport avec l’exercice de l’État, les militants supplantés par des fétichistes de technocratie, les programmes par des valeurs, bref le goût du réel par l’illusion, par le vide pasolinien du pouvoir.

Car derrière les masques souriants, on ne trouve rien d’autre que le vide. De même que la langue de la politique s’est peu à peu asséchée, réduite, a perdu tout lien de chair avec le réel, de même les idées et les concepts se sont progressivement transformés en « théories zombies » , flottant dans un monde parallèle au monde réel, loin de la vie quotidienne de ceux qu’elles sont censées aider à gouverner.

C’est cette déréalisation de la politique qui crée la crise de confiance et qui devrait susciter une prise de conscience. Cet éclairage intellectuel, littéraire mêlé à des éléments d’actualité et à des témoignages, permet de donner du sens à des événements autrement simplement triviaux et contemporains.

_________________
« Le capital est semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant et, sa vie est d'autant plus allègre qu'il en pompe davantage. » Karl Marx


Lionel Parisot
Revenir en haut Aller en bas
http://l-humain-d-abord.forumactif.org
 
Contre le socialisme de caserne, le débat (Médiapart)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Appel à un front républicain contre Sarkozy...
» La flottille belgo-néerlandaise de lutte contre les mines
» A ceux qui sont Contre.
» Pétition à Marrakech contre le bureau syndical
» pour ceux et celles qui sont contre le syndicat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Humain d'abord - Pour une 6ème République :: Anciens messages-
Sauter vers: