L'Humain d'abord - Pour une 6ème République

Forum d'information et de discussion politiques - Jeu 23 Nov - 10:53
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Genlis. 91 employés de Novatech en sursis + le destin de l'entreprise Novatech se joue mardi prochain (Bien Public) + Novatech met la clé sous la porte et laisse 91 salariés sur le carreau (Le Miroir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 5167
Date de naissance : 18/05/1952
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 65
Localisation : 21500 Montbard

MessageSujet: Genlis. 91 employés de Novatech en sursis + le destin de l'entreprise Novatech se joue mardi prochain (Bien Public) + Novatech met la clé sous la porte et laisse 91 salariés sur le carreau (Le Miroir)   Jeu 20 Mar - 9:10

L’inquiétude règne chez Novatech systems, une entreprise de Genlis, spécialisée en électronique. Et cette inquiétude, cette colère pour certains, s’est manifestée à 13 heures, mercredi, par une manifestation d’une quarantaine de salariés devant les grilles de l’entreprise, lors du changement d’équipe.


L’entreprise, placée en redressement judiciaire depuis le 2 juillet dernier, après un premier plan social en septembre et le licenciement de 85 personnes, devrait savoir la semaine prochaine si elle survivra ou pas. Une offre de reprise avait été lancée : pour l’instant un repreneur, italien, a déposé un dossier qui n’est pas encore complet. Le repreneur souhaitait faire une analyse plus approfondie de l’entreprise, et l’audit est en cours.

L’inquiétude maintenant du gérant, Didier Leleu, est que cette analyse soit positive et puisse être approuvée par le tribunal de commerce, qui doit statuer mardi prochain. En tout état de cause, ce repreneur potentiel ne conserverait que 30 emplois. Un nouveau plan social a été lancé : 61 postes sont d’ores et déjà supprimés ou en passe de l’être. « Je fais tout pour qu’il y ait une continuité, avec un maximum de personnes qui conservent un emploi », dit encore Didier Leleu. Si l’entreprise n’est pas reprise, la liquidation sera probablement prononcée, avec 91 licenciements à la clé, malgré un équipement en matériel performant et des salariés qui ont continué à assurer ces derniers mois une production de qualité en dépit de leurs inquiétudes.

Le Bien Public

_________________
« Le capital est semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant et, sa vie est d'autant plus allègre qu'il en pompe davantage. » Karl Marx


Lionel Parisot


Dernière édition par Admin le Mer 5 Nov - 6:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://l-humain-d-abord.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 5167
Date de naissance : 18/05/1952
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 65
Localisation : 21500 Montbard

MessageSujet: Re: Genlis. 91 employés de Novatech en sursis + le destin de l'entreprise Novatech se joue mardi prochain (Bien Public) + Novatech met la clé sous la porte et laisse 91 salariés sur le carreau (Le Miroir)   Ven 21 Mar - 13:45

Vendredi 21 mars 2014

Après un premier plan social en septembre dernier, la société pourrait en connaître un second si sa reprise est effective. Les salariés, qui continuent à travailler, sont inquiets.


Partout en Côte-d’Or, le printemps est là. À la sortie de Genlis, sur le site industriel de la société spécialisée en électronique Novatech, les arbres sont en fleurs. Pourtant, sur les grilles de l’entreprise, des blouses ont été accrochées. « Novatech : la mort d’une entreprise », « Où est le gouvernement ? Il laisse crever ses ouvriers chez Novatech », « Que font nos politiques ? Une honte ». Le soleil a beau briller, l’ambiance n’est pas à la bonne humeur. Ce mercredi après-midi, les employés manifestaient leur colère en accrochant des blouses ­aux messages sans équivoque (voir notre édition du 20 mars).

Un projet de reprise en discussion

Depuis le mois de juillet 2012, l’entreprise installée à Genlis en 2008, est en redressement judiciaire. Ils étaient 85 à quitter Novatech en septembre dernier. Plus de la moitié des 179 employés. Le 25 mars, les 91 employés restants sauront si leur entreprise sera reprise ou liquidée. À quatre jours du verdict, certains salariés se veulent discrets. Craignant de faire fuir l’éventuel repreneur italien. D’autres, au contraire, n’y croient plus. C’est le cas d’une dizaine d’ouvrières qui ont accepté jeudi de s’exprimer. Elles sont unanimes sur la question. Quand bien même la société serait reprise, elles ne voient pas comment le travail pourrait s’organiser avec 61 employés en moins. « Cela signifierait que le nombre d’ouvrières passerait de 52 à 12 », lance Sylvie Bailly, déléguée syndicale CFDT et secrétaire du comité d’entreprise. Impossible à imaginer pour elles.

À la direction, on se veut rassurant. Didier Leleu, le directeur du site, assure que « le volume de commandes sera réduit et adapté à l’effectif ». Pour lui, la reprise est loin d’être une utopie. « Je fais tout pour sauver trente emplois. Des employés ont choisi d’afficher des blouses et de se rassembler au moment où la direction discutait avec les éventuels repreneurs. Agir comme cela ne nous aide pas du tout dans le projet de reprise », indique-t-il.

Le travail se poursuit

Mais pour ces ouvrières, l’heure n’est plus à l’espoir, mais à la colère. « On nous avait demandé de ne pas compromettre la vie de l’entreprise en faisant peur aux clients, nous avions joué le jeu », expliquent-elles. Ainsi, en septembre dernier, lorsque leurs 85 collègues quittaient l’établissement, aucune mobilisation n’avait été organisée. Seules des blouses avaient alors été déposées sur les grilles. « On ne s’est pas fait entendre lorsque nos collègues sont parties. Maintenant, on veut exprimer notre colère, mais dans le calme », assure Sylvie Bailly.

Loin d’être résignées, elles continuent toutefois à travailler. Comme avant. Même si l’ambiance est pesante et le moral en berne. Au moins jusqu’à mardi prochain, date à laquelle le tribunal de commerce prendra sa décision. En attendant, elles se souviennent. Les années fastes chez Thomson. Les 1 100 salariés en 2000. Les bus affrétés jusqu’au domicile des travailleurs. Une époque désormais révolue. Entre 2004 et 2009, le site industriel est passé de 950 à 200 employés.

Inès de la Grange

_________________
« Le capital est semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant et, sa vie est d'autant plus allègre qu'il en pompe davantage. » Karl Marx


Lionel Parisot
Revenir en haut Aller en bas
http://l-humain-d-abord.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 5167
Date de naissance : 18/05/1952
Date d'inscription : 17/05/2013
Age : 65
Localisation : 21500 Montbard

MessageSujet: Re: Genlis. 91 employés de Novatech en sursis + le destin de l'entreprise Novatech se joue mardi prochain (Bien Public) + Novatech met la clé sous la porte et laisse 91 salariés sur le carreau (Le Miroir)   Jeu 27 Mar - 10:48

Jeudi 27 mars 2014

Novatech met la clé sous la porte et laisse 91 salariés sur le carreau

Les machines tournent encore dans l’usine Novatech System de Genlis. Pourtant, mardi 25 mars, le tribunal de commerce de Dijon a prononcé la liquidation judiciaire du site, qui fabriquait des cartes électroniques. Cette fermeture ne sera effective que vendredi 4 avril 2014, mais les 91 derniers salariés perdront bien leur emploi.

Une semaine de sursis pour honorer les dernières commandes. “ Les salaires ont été payés, mais nous voulions terminer les dernières commandes pour ne pas mettre nos clients dans l’embarras ”, explique Sylvie Bailly, élue CFDT et secrétaire du CE. Depuis le premier redressement judiciaire, les salariés de Novatech ont consciencieusement continué le travail, malgré le licenciement de 85 personnes, pour ne pas effaroucher un éventuel repreneur. Une entreprise italienne était sur le coup, mais son plan de reprise, qui prévoyait de garder 30 personnes, a été rejeté. Aujourd’hui, elles (les ouvriers sont quasiment uniquement des femmes), expriment leur écœurement.


Les salariés pointent la mauvaise gestion de la direction

“ Depuis la reprise du site Thomson par Novatech, la direction n’a cessé de mentir, à propos de la situation de l’entreprise, des clients… ”, dénonce Sylvie Bailly. “ C’est un vrai manque de confiance envers les salariées ”. Lors de l’annonce du redressement judiciaire en juillet 2013, elles sont “ tombées des nues ”, puisqu’elles croyaient en la bonne santé financière du site. Sylvie Bailly pointe du doigt la mauvaise gestion de la direction. “ Ils ont fait preuve d’amateurisme. La direction, volontairement ou non, n’a pas fait le nécessaire pour rechercher des nouveaux clients, se reposant uniquement sur Thomson ”. Une gestion à court terme, doublée d’une mauvaise stratégie. “ Le peu de nouveaux clients que nous avons, c’est pour des prototypes ou de toutes petites séries d’une dizaine de produits. Or, cela prend beaucoup de temps de changer les machines pour faire de nouvelles pièces ”.


Pour les salariées de Novatech, la liquidation judiciaire aurait pu être évitée. “ L’entreprise a profité de baisse de charges, etc. Ce n’est pas simple, mais si les choses avaient été faites en amont, on s’en serait mieux sorti ”, veut croire Sylvie Bailly. “ Il aurait fallu déclencher le redressement judiciaire plus tôt, en janvier 2013, quitte à ce que plus de monde parte, mais pour sauver les autres. À la place, l’entreprise a accumulé de plus en plus de dettes vis-à-vis des fournisseurs et a fini par perdre la confiance des clients ”.

Reste le goût amer de l’impuissance et la sensation d’un “ horrible gâchis ”. “ Notre compétence est reconnue par nos clients qui nous ont confié des commandes jusqu’à aujourd’hui. Il y a tout l’outil industriel sur place, aussi bien les machines que les personnes formées ”. Un ancien cadre de Novatech, licencié en septembre dernier à retrouver du travail comme consultant pour une entreprise du secteur de l’électronique. Il est venu présenter son ancienne usine à ses nouveaux clients. “ Vous n’avez à rougir de rien ”, explique-t-il alors. “ Vous êtes les meilleures, en production, dans l’organisation ”, etc.

Pas de reprise du site

Que réserve l’avenir aux 91 employés de Novatech ? “ Les licenciements viendront un peu plus tard. La direction n’a pas voulu signer le PSE avec les syndicats, mais veut le faire valider par la Direccte. Nous allons toucher les indemnités obligatoires, mais pas de supra-légales. Mais on a été racheté par une petite boîte, nous le savions ”, explique Sylvie Bailly. Les seuls reclassements proposés sont sur le site breton, à Lannion, de Novatech, “ qui ne va pas bien non plus ”. “ La moyenne d’âge est élevée. Vous connaissez le bassin industriel. C’est difficile de se recycler à 57 ou 58 ans ”, regrette Sylvie Bailly. Aucune solution positive en vue pour les salariés laissés sur le carreau.


Ils avaient bien pensé un instant à reprendre le site à leur compte. “ Nous avons pris contact avec la fédération des Scop, mais les cadres n’ont pas suivi. L’état de délabrement de la société était déjà trop avancé ”, déplore l’élue syndicale. Il y avait bien cet éventuel repreneur italien. Il était présent mardi au tribunal lors du jugement. Il pourrait acheter le matériel et reprendre quelques employés du site. Mais Sylvie Bailly n’y croit guère. “ Il ne pourra pas se réinstaller sur ce site. Il faudra qu’il déménage et on ne sait pas où. En plus, cela prendra un certain temps, pendant lequel les clients se tourneront vers d’autres sous-traitants. ”

Pourtant, elle croit toujours en la possibilité de l’existence d’une industrie de l’électronique en France. “ C’est sûr que ce n’est pas un marché facile, la concurrence produite à moindre coût. Mais la qualité de notre travail est recherchée ”. Le site Novatech fermera pourtant bien ses portes mardi prochain. Dans les années 2000, il occupait tout le parc technologique de Genlis et employait 1 200 personnes.

Nicolas Boeuf pour Le Miroir


_________________
« Le capital est semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant et, sa vie est d'autant plus allègre qu'il en pompe davantage. » Karl Marx


Lionel Parisot
Revenir en haut Aller en bas
http://l-humain-d-abord.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Genlis. 91 employés de Novatech en sursis + le destin de l'entreprise Novatech se joue mardi prochain (Bien Public) + Novatech met la clé sous la porte et laisse 91 salariés sur le carreau (Le Miroir)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Genlis. 91 employés de Novatech en sursis + le destin de l'entreprise Novatech se joue mardi prochain (Bien Public) + Novatech met la clé sous la porte et laisse 91 salariés sur le carreau (Le Miroir)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Miroir de Cassandre de Bernard Werber
» Le plus grand miroir du monde
» Placer Bébé devant un miroir ?
» Atelier serviettage miroir en bois vernis effet craquelé
» A quel âge se reconnaît-il dans le miroir ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Humain d'abord - Pour une 6ème République :: Front des luttes-
Sauter vers: